Carole Escaliere | France digitale day 2018
21614
post-template-default,single,single-post,postid-21614,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.5,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

France digitale day 2018

France digitale day 2018

France digitale day 2018

Bonjour à tous !  Un nouvel article cette fois ci au sujet d’un événement. Cet article ouvre la nouvelle catégorie d’articles et de contenus divers et variés au sujet des événements du secteur du numérique qui se déroulent en France et/ou à l’étranger. J’y fais un résumé de l’événement, les acteurs présents, les sujets évoqués et je partage mon avis.

Si vous n’avez qu’une minute devant vous, rendez-vous directement à la conclusion !

La vidéo de la journée:

Mardi 25 Septembre se tenait l’événement annuel de l’association France Digitale au Musée des Arts Forains de Paris. En quelques mots France Digitale réunit les entrepreneurs et investisseurs français du numérique.  Sa mission : attirer toujours plus de talents, et de capitaux pour faire grandir son écosystème.

« L’écosystème est à un tournant: les startups ne sont pas une tendance passagère de Paris, elles font aujourd’hui partie de notre économie et commencent à devenir des champions d’Europe », Jean-David Chamboredon, co-président de France Digitale

I.Un environnement artistique

La météo était encore une fois clémente cette année bien qu’il fît un peu froid pour rester dehors. L’événement avait lieu au Musée des Arts Forains, un endroit choisi non pas par hasard.

Le musée des arts forains possède un jardin extraordinaire, un lustre de cristal suspendu à son toit de verdure, un cabinet de curiosités, une montgolfière éléphant, ou une licorne jouant du piano, une fête foraine de la Belle Epoque et ses manèges centenaires de chevaux de bois, ou encore une petite Venise, avec sa lagune et son palais baroque … Cet univers onirique existe …

Et quoi de mieux qu’un univers enchanté pour un lieu qui parle d’innovation ?

II. Les conférences

L’ensemble des conférences s’étendaient de 14h à 18h et étaient réparties sur trois scènes différentes. L' »inspirational stage », la « scale up stage », et l' »expert stage ». Comme vous pouvez le constater, toutes les conférences se déroulaient en anglais … Un peu comique pour un événement qui se nomme « France Digitale… » direz-vous … Mais la volonté première de l’association est de faire de la France le repère « number 1 » des startups et de l’innovation dans le monde. On est bien parti avec l’effervescence de Station F, mais ça c’est une autre histoire à venir dans un autre article.

Parmi les grands noms sur scène on retrouvait : le secrétaire d’état chargé du numérique Monsieur Mounir Mahjoubi, Joseph Lubin le fondateur d’Ethereum & Consensys, Kat Borlongan Directrice de la French Tech, Octave Klaba fondateur d’OVH… Pour la liste complète je vous invite à vous rendre sur le site de l’événement : http://www.francedigitale.org/FDDay/

Les sujets des conférences portaient entre autre sur : la Blockchain, l’écosystème français des startups, la réglementation, les outils nécessaires pour supporter la croissance des startups comme AWS , des conseils utiles pour lever des fonds et bien les gérer, l’environnement, l’éthique et l’intelligence artificielle .

Ce que j’ai retenu pour ma part des conférences auxquelles j’ai pu assister c’est qu’il ne faut pas prendre exemple sur les licornes de la Silicon Valley. En mélangeant mon expérience de San Francisco avec ce que j’ai retenu des conférences, la France a la chance d’être le berceau des droits de l’homme et ce n’est pas le moment de marcher dessus. Au contraire, faire des droits sociaux français une chance pour les futures licornes françaises qui ne sont aujourd’hui que des « poneycornes » comme la explicitement déclaré @CarlosDiaz lors de son plaidoyer face au jury de France Digitale.

Par ailleurs j’ai également retenu qu’il faut éviter de se laisser berner par des sujets à la mode (IA, Blockchain…) et chercher à comprendre qui fait quoi et comment concrètement. Cela rejoins mon initiative de recherche autour de la Blockchain. D’ailleurs si vous souhaitez en apprendre plus sur le sujet voici le lien vers le premier article d’une série sur le sujet de la chaîne de bloc.     N’hésitez pas à y partager votre avis et à compléter le sujet en écrivant un commentaire afin d’améliorer l’article et de contribuer à mieux comprendre ensemble ce sujet très (trop?) abstrait. La conférence « quand allons-nous finalement voir une application de Blockchain en Europe? » représente bien ce problème de manque de réalisation concrète.

La banque de Renault/Nissan « Rci Banque » (où j’ai effectué mes 3 ans de formation de l’ESCEN en alternance) tenait un stand et animait une conférence avec pour sujet : la mobilité. Avec le changement d’usage des transports, Renault et Nissan connaissent la problématique de l’automobile du moment à savoir repenser ses offres et services et les adapter aux besoins de ses clients. Avec l’acquisition de Marcel, RCI Banque espère innover et développer de nouvelles offres et de nouveaux services dans le secteur de l’automobile et de la banque. Merci à @Thierry de nous avoir fait faire un petit tour du stand à mes collègues d’ASI et moi même !

Je n’ai pas pu assister à toutes les conférences toutes aussi intéressantes les unes que les autres.  Les sujets étaient très intéressants tant sur le fond que sur la forme. Ces conférences ne ciblaient pas spécifiquement les startups et les investisseurs (Business Angel ou grands groupes) mais également toutes les personnes curieuses de rester alerte de ce qu’il se passe dans l’écosystème du numérique. En effet France digitale se positionne comme une association de prédilection pour qui souhaite entrer ou rester dans le secteur du numérique.

III. Ma participation en tant que bénévole

J’ai été ravi d’avoir pu participer à cet événement en l’échange de donner un coup de main à l’équipe organisatrice. J’ai aidé les bénévoles à l’accueil dans la bonne humeur et dans une culture du digital et de l’innovation. Au final l’écosystème des startups et du digital est une grande famille qui permet de garder le pied dans l’écosystème, de se soutenir, de partager des connaissances, des conseils et des bonnes pratiques. Tout cela dans la bienveillance et l’inter génération.

J’ai également été ravie de présenter l’événement à mes collègues d’ASI qui en ont profité pour revoir des partenaires et faire des rencontres pour de futurs projets. D’ailleurs faites un tour sur le site de l’agence de conseil en digital ASI pour y trouver votre bonheur !

Globalement l’événement était une fois de plus une réussite. J’ai adoré le décor, revoir des personnes que j’avais rencontré les années précédentes ou sur d’autres événement (Thierry de RCI Bank, Lorenzo & Damien de @startupinsight que j’ai croisé, Noëlle que je n’avais pas revu depuis deux ans, Tom un étudiant de l’école 42 à fort potentiel, Damien de @jechercheundev qui est merveilleux, Emmanuelle qui organise Vivatech et qui recherche des speakers : contactez-moi si vous souhaitez  animer une conférence sur VivaTech saison 2019) et tous les bénévoles que j’ai rencontré)). J’ai adoré également la soirée avec un bon cocktail, des bons petits fours, du bon lillet (et non pas du lililet (@Marcrougier)). Je regrette de ne pas avoir vu Hasni qui a du pain sur la planche pour innover le monde hospitalier et réduire le temps d’attente dans les salles d’attentes…

Parmi tous ces hommes il y’a heureusement des femmes. Malheureusement il est trop difficile je trouve de les approcher et d’avoir une discussion avec elles. Timidité ? Manque de disponibilité ? Je ne sais pas. Je vais me pencher sur la question. En tout cas avec la volonté de démocratiser le secteur tech aux jeunes femmes et jeunes filles pour les attirer et augmenter nombre de femme dans le secteur, il serait peut-être bon de sortir de l’entre soi de la communauté des actrices de l’écosystème et de s’ouvrir aux nouvelles personnes qui rejoignent le secteur car un jour ces jeunes femmes reprendront le flambeau et l’intergénération est la meilleure façon de faire une bonne passation. Pour ma part ce sont des hommes qui m’ont accueilli dans le secteur, qui m’ont formé et m’ont permis d’évoluer. Je pense qu’il serait bon que les femmes prennent exemple sur la façon dont les hommes transmettent leur passion du métier. Bref petit aparté terminé. Pour terminer l’aspect déplaisant je dirais que l’espace manquait de lumière et était un peu étroit pour le nombre de participant.  Une personne a fait un malaise lors d’une conférence (Effet @Carlosdiaz) et même si tout le monde a fait ce qu’il pouvait pour aider il aurait fallu plus de personnes de la sécurité et des secours pour intervenir plus rapidement. Enfin les conférences se déroulaient en anglais ce qui empêchait certain participant de tout comprendre.  Un outil de traduction aurait été le bienvenu. Ceux ne sont que des conseils donnés en toute bienveillance pour améliorer l’événement des prochaines années. Autrement France digital est un événement génial et je suis ravie qu’il existe en France. Une personne en provenance de San Francisco a même félicité l’équipe organisatrice pour la qualité de l’événement. Et ça c’est la classe.

Conclusion

  • Un lieu magnifique : le musée des arts forains avec des manèges et des chevaux accrochés au plafond.
  • Beaucoup de monde et difficulté à intégrer les petits groupes formés.
  • C’est un événement pour les startups et les investisseurs avant tout.
  • L’événement commence à midi et se termine tard dans la soirée. Il vaut mieux bien organiser sa journée en amont pour optimiser au mieux son temps passé sur le salon.
  • C’est toujours un plaisir de revoir la communauté du digital, d’écouter les conférences et de voir que la France évolue d’année en année vers l’international et l’innovation tout en gardant les valeurs sociales propres à la France.
  • Merci France Digital et à son équipe !

 

No Comments

Post a Comment